En ce jour du mardi 24 septembre 2002. Une question européenne traduite en polémique à la belge, voilà ce que c'est que cette affaire de mineurs délinquants qui agite le landernau communautaire depuis quelques semaines. Ce dernier week-end encore, plusieurs jeunes, parfois surpris en flagrant délit, ont été relâchés, faute de place d'accueil dans les IPPJ (Institutions Publiques de Protection de la Jeunesse). Ils étaient francophones. Et donc dépendants de la Communauté française de Belgique. Côté flamand, on a vite parlé de laxisme. Le nord du pays se sent, en effet, poussé par son extrême droite : le Vlaams Blok est suffisamment puissant pour imposer dans la future campagne électorale le thème de l'insécurité. Cette "blokisation des esprits" répond à sa manière à la prise de position du Premier ministre, Guy Verhofstadt, intervenant après le scrutin néerlandais pour affirmer que non, les partis politiques démocratiques belges ne feraient pas de la sécurité un thème électoral. C'est pourtant de son propre parti, le VLD, parti libéral flamand, que sont venues les premières salves.
94