Les chroniques de Véronique
Américains. (11.09.02). Lu dans le journal Metro du 10 septembre en page 4: 52% des Russes pensent que "les Américains ont eu ce qu'ils méritaient" le 11 septembre de l'année dernière. Comme dans une cour d'école : "bien fait", une juste vengeance des Indiens, des opprimés de tous les continents contre un être collectif coupable. Si on énonce comme a priori coupables "les Américains", cela ne fait pas du tout le même effet que si l'on parle "des juifs" ou "des Arabes", côte à côte comme cibles des racismes et antisémitismes larvés et flottants : on se sent gênés comme autour des remugles d'une vieille chaussette sale.
L'idée d'une vengeance venue des cieux est une des plus délicieuses qui soit, surtout appliquée à autrui : si on nous transforme la tour Eiffel en allumettes, ça, non. Ce raisonnement semble enfantin. De plus, sa banalité l'innocente : il repose sur une performance du langage, celle que produit le pouvoir de catégoriser.
Que dit-on quand on parle "des femmes" des "Américaines" ou des "Français" dans nos conversations
89