l'onomatopée. L'auteur les prend toutes sur un podium comme, mettons, des reines de beauté, et décerne le prix de la "plus conne". Mais quels sont les critères de sélection ? L'auteur nous donne une piste, c'est le talent littéraire, l'écriture, qui sont le critère : "Lorsqu'on lit le Coran on est effondré", dit-il. Une religion mal écrite est donc "conne". Donc il est talentueux, lui l'auteur qui juge les textes sacrés, au moins autant que l'Inspirateur suprême des sourates, qui est un nul au plan littéraire. Dans ce jugement qui semble relever d'une désopilante conversation de bistrot, je trouve que cet auteur vient de trahir une inquiétante mégalomanie qui ne mérite pas un procès, mais, mettons peut-être, une petite thérapie de groupe ?

76