Ce n'est pas parce que les nationaux-socialistes ont parlé de nature que l'on peut construire une sorte de continuité arrivant jusqu' aux Verts allemands, sous-entendant qu'il y a quelque chose de réactionnaire chez les Verts, ce n'est strictement pas le cas. Depuis Mme de Stael, on imagine dans les pays francophones, l'Allemand qui rôde dans la forêt, mais moi je n'ai jamais cru a cette liaison spéciale qu'aurait l'Allemand à la forêt....(...à la bière d'accord, la il n'y a aucun doute).
Aujourd'hui écologie et économie ne sont plus vues comme des antipodes. L'Allemagne exporte la technologie verte et même nos conservateurs commencent à trouver ça chouette...dans ce sens, c'est intégré dans le corps social. Même M. Dupont trie les ordures en Allemagne...et il amène ses bouteilles de verre au container de recyclage.....en voiture....voilà l'écologie moderne, ..la conscience tranquille facile. C'est mieux que rien, ok d'accord.
La politique des Verts allemands est social-démocrate, comme vous le dites, dans le sens d'une politique responsable, la politique d'un parti politique arrive au
pouvoir et qui est évidemment bien plus disciplinée que lorsqu'elle arrivait au Parlement en 1983, issue d'un mouvement politique....mais il reste bien des différences, bien sûr.
Pour revenir à votre question, nous avons un parti conservateur à gauche de la CDU qui se conserve depuis des années sans avoir jamais prix du poids, sans avoir jamais eu du succès dans une élection et des sièges parlementaires: la ÖDP, qui a été fondé par un des fondateurs des Verts. Les réactionnaires, genre pêcheurs à la française, n'existent pas : l'écologie est bien dans la mains des Verts (et des milliers d'ONG qui luttent pour des causes semblables) et reste située à gauche.
Concernant les anti-nucléaires, il est bien évident que depuis que le gouvernement a signé un accord avec l'industrie nucléaire pour sortir définitivement de cette technologie d'ici 2020, leur lutte n'est plus aussi violente.

M.D.

68