Il aurait fallu rester dans la tradition. Dans la sunna. On aurait évolué. Malheureusement des courants ont émergé qui ont voulu chacun imposer une interprétation. Cette division de l'islam a été le corridor de toutes les déformations possibles et imaginables.

Comment combattre l'intégrisme ?
Dans l'histoire des religions, le quinzième siècle, c'est l'âge difficile, l'âge de la puberté, de l'adolescence. C'est au quinzième siècle de l'ère chrétienne que l'inquisition s'est développée. Nous vivons le quinzième siècle de la religion musulmane.
L'intégrisme est un problème musulman. L'Europe, l'Amérique, l'Occident, ne peuvent rien faire contre l'intégrisme. C'est aux hommes du culte, aux imams, aux savants, aux érudits, de combattre les " gourous ". Les gourous n'ont réussi que parce que la place était vide. C'est la mosquée qui doit réagir d'une façon très claire. Expliquer la véritable mission du message et ne plus laisser la parole à des charlatans.
Il y a partout des gens épris de bonne volonté, de probité
intellectuelle et religieuse. Le problème est qu'il n'ont pas les moyens de s'exprimer. On ne les écoute pas. On ne les aide pas. Aujourd'hui ceux qui parlent de l'islam sont des gens incapables de le définir, de l'expliquer. Moi je ne suis pas un érudit. À ma place, je souhaiterais que parle un bon imam. Mais le drame c'est que beaucoup de nos imams sont devenus des notables, des courtisans du pouvoir, ils ont perdu toute crédibilité auprès des masses. Et quand ils interviennent, on dit qu'ils sont à la solde des gouvernants, on les accuse de parler la langue de bois, et on ne les prend pas au sérieux. Mais il existe de grands savants dans le monde arabe, parfaitement respectables et compétents.

Qu'attendez vous des écrivains européens ?
Les écrivains sont les vrais gardiens du Temple. Ils veillent sur l'homme. Ils sont le dernier rempart. Quand les écrivains protègent leur petite gloire et ne prennent pas de risques, cela devient très difficile de remettre les choses à leur place. Parce que la voix d'un écrivain porte beaucoup plus loin que celle de n'importe quel homme politique.
51