Le code-barre comme nouvel instrument pédagogique.
L'État est le père de famille des pères de famille, l'instituteur des instituteurs et le "surgé" des "surgés". Il est dans les journaux que découvrent les enfants, dans le lait qu'ils boivent, dans les code-barres qui les scannent. Il n'y a qu'une place que l'État n'occupe pas, c'est celle de l'élève. On feint de croire que l'État serait bien informé, sain et contrôlable. Tous les jours, il nous montre pourtant aussi ses manques, son indiscipline, son inattention. L'État est turbulent, il n'y peut rien, c'est ce qui le fait vivre. L'État hésite tous les jours, il se demande de quoi sera fait demain: guerre, chômage, famines, catastrophes. L'État se nourrit des incertitudes qui le construisent. Car l'État ne sait pas, il ne sait jamais, il ne peut pas savoir. C'est un grand enfant aux pantalons trop courts qu'il nous faut informer, alimenter et contrôler.
44