discours, les mêmes tactiques, les mêmes comportements et pratiques politiques. Mais ce même discours n'avait, de par son manque total de légitimité sociale, que peu d'écho. Dès lors, pour moi, la question qui se pose est : "qu'est-ce qui, dans notre société actuelle, est suffisamment compatible avec bon nombre des valeurs d'extrême droite pour que de millions d'Européens y trouvent une réponse à leur avenir politique et social et se sentent suffisamment légitimés socialement pour leur accorder leur vote?". Et d'analyser par quels canaux, au moyen de quels processus, cette compatibilité est générée.

H.S.

De Brüssel, Sybille Jung

Les Allemands seraient tout aussi perméables aux discours d'extrême droite que n'importe qui d'autre, n'était la difficulté à légitimer un passé récent.
Pensons par exemple au succès de Schill (son petit nom étant " Juge sans pitié ") à Hambourg, venu de nulle part, comparable au phénomène Fortuijn bien qu'à un niveau moins important. Étant donné le système électoral en Allemagne et l'absence d'un parti assez solide (me semble-t-il) pour participer au gouvernement fédéral, il est probable que les partis " traditionnels " resteront ceux qui reprennent à leur compte, dans la mesure que cela leur convient, les idées de l'extrême droite.

S.J.


42