Les chroniques de Véronique
Riefesntahl (02.09.02). Ma chronique du matin? C'est une invitation à partager une courte promenade, un peu pressée. C'est l'offre d'un petit bouquet, où tente de se déplier, encore embroussaillée, une espèce de pensée : ivre de liberté promise, c'est au galop qu'elle se heurte à son propre cadre. Voilà comment je vois ma chronique.
Aujourd'hui, par exemple, voici : en lisant ce mois d'août les différents dossiers de presse autour de l'anniversaire de la centenaire Leni Riefenstahl , une sorte d'épuisement épouvanté me saisit. Sa biographie n'est pas mon propos ici, mais plutôt l'irrépressible désir de juger que sa lecture produit: en effet, cinéaste et photographe brillante, elle a vu le sommet de sa carrière coïncider avec l'apothéose nazi immortalisée par elle dans ses films, passons. Jusqu'où fut-elle militante? Jusqu'où faut-il séparer l'esthétique du politique ? Jusqu'où, excusez-moi, cette femme remarquable pue-t-elle d e l'âme ? Est-ce que le constat féministe de sa belle carrière suffit à sauver son souvenir?Dans la plupart des commentaires, le fait qu'en 1973 elle ait réalisé un livre de photographies célèbres
37