le candidat de la CDU/CSU qui a été critiqué pour la lenteur de sa réaction, quoique dans un interview paru dans Der Spiegel du 2 septembre 2002, il insiste sur le fait qu'en Bavière ("son pays") ils ont déjà un programme pour stabiliser les digues... ). Par ailleurs, un peu comme en Autriche, il y a conflit entre, d'une part, des dédommagements conséquents aux sinistrés, et d'autre part, une baisse sensible des impôts. Vu les circonstances, les promesses de dédommagement risquent de plaire à une grande part de la population. Et vu leurs électorats de base respectifs, Schröder est plus assuré de soutien, sur ce point, que Stoiber qui est plus "classes moyennes".
En ce qui concerne Bush et l'Irak, je pense que ni l'un ni l'autre ne va prôner la guerre, mais visiblement Stoiber se trouve dans une position moins confortable alors que Schröder peut être relativement sur de plaire à ses électeurs potentiels (et aux électeurs des Verts qui savent que leur vote va profiter à une coalition entre SPD et les Verts). Déjà l'Amérique n'est pas trop populaire en Allemagne, dans toute une frange de la population, et
personne veut voir son fils partir à la guerre en Irak,et en plus Johannesburg a été lamentable... il est donc probable que Schröder va mettre en avant le fait qu'avec lui, pas de guerre. Stoiber ne peut guère proclamer le contraire. Bonne journée!

S.B.


De Brüssel, Andrea Seidenstücker

En ce qui concerne la première question, si des questions dégagées de l'actualité joueront encore un rôle décisif dans cette campagne électorale, je dirai plutôt que oui, cela sera le cas, surtout avec le chômage. Pas seulement parce que l'opposition peut facilement attaquer le gouvernement de ce côté-là, mais aussi évidemment parce que c'est un sujet d'importance primordiale pour tout le monde. Comment réformer le système sanitaire gravement déficitaire, que faire avec les immigrés,
33