Lautresuite.
Lautresuite13.09.02 (1). On pensait l'affaire "Bouchelaleg" bouclée. On se souviendra qu'au début du mois de juillet dernier, ce menuisier algérien, résidant en France depuis vingt ans, marié à une Française, père de six enfants et de santé mentale fragile, avait failli être expulsé du pays, au terme de peines de prison encourues pour une série successive de délits mineurs. C'est ce qu'on appelle une "double peine". Le ministère de l'Intérieur avait décidé d'abroger cet avis d'expulsion après une campagne menée tant par des élus de gauche que de droite, se mobilisant autour de ce type de punition où la privation de liberté ne semble pas suffisante à l'effectivité de la peine. Ce mercredi11 septembre, le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, a fait savoir qu'en raison d'une "erreur de procédure", cette abrogation était annulée. Une nouvelle condamnation à une peine de prison en serait la cause. Par malheur, cette condamnation est antérieure à la décision d'abrogation de juillet. Il n'existe donc pas d'éléments nouveaux dans ce dossier. Ce qui fait dire aux opposants au principe de la "double peine" que " la machine du ministère de l'Intérieur
30