Les chroniques de Véronique
Manger. (03.09.02). Aujourd'hui, je voudrais me souvenir d'un séminaire et poser une question. Le séminaire, c'est celui que Jean Louis Flandrin, historien de l'alimentation et du goût, a tenu pendant une trentaine d'années à l'école des Hautes études tous les vendredis en fin d'après-midi (jusqu'à sa mort en août 2001). Et la question est celle de l'expérimentation en Sciences Sociales.
Il n'est pas question ici d'aborder théoriquement cette problématique classique et nourrie d'une vaste bibliographie : l'expérience scientifique n'existe pas en sciences sociales et l'expérimentation éventuelle, à inventer, dépend de la définition de l'objet à expérimenter…
Il s'agit plutôt de faire partager à l'auditeur le point de vue de l'étudiant qui traverse les séminaires de recherche pendant quelques années et cherche souvent à retrouver dans la vie extérieure quelque chose de ce que l'on lui apprend en cours. C'est cela que j'appelle ici "expérimentation", à savoir la rencontre au dehors avec quelque chose qui ressemble à ce qui est enseigné au dedans du cours. Le désir d'expérimentation se traduit
28