" humain " ? Les sans papiers connaissent en réalité l'arbitraire des guichets et des bureaucrates locaux, les quotas implicites, l'accroissement des procédures infernales, -pour avoir un logement, il faut un travail pour avoir un travail, il faut un logement etc. D'où les grèves de la faim, le désespoir. Ne pas avoir de papiers touche l'image de soi, son propre statut à ses propres yeux : "Pourquoi vivre si personne ne veut de moi?", disait un jeune de vingt ans dans la manifestation d'hier. On produit de la souffrance pour des raisons politiques.
Les réalités économiques ? La France aura besoin de bras nous disent les experts internationaux de l'ONU et de l'OSCE. De plus, on sait que ces personnes font le travail le plus dur, boudé par les Français. Pourquoi cette réticence du politique à une mesure somme toute digne, hospitalière et sans grand danger ? À cause d'une peur sournoise d'un " envahisseur " ou bien à cause de la peur de l'électorat qui a peur de "l'envahisseur" ?
Il y a donc une double responsabilité du politique :
1) celle de criminaliser des victimes, de faire souffrir des personnes
2) celle de légitimer en sous-main la croyance rétrograde et haineuse que les "étrangers" sont une menace.

Retrouvez l'ensemble de l'émission
" Les Matins" de France Culture sur la page:
http://www.radiofrance.fr/chaines/France-
culture2/matins/index.php?
emission_id=25060143
"Les Matins" de France Culture est une émission de Nicolas Demorand.
23