10.09.02. Danemark. L'immigration et la contamination des idées de l'extrême droite mèneront-elles à l'éclatement du Parti social-démocrate ? À la fin de cette semaine, le parti social-démocrate danois tiendra son congrès annuel à Alborg, quelques mois après son départ des affaires. Ce congrès risque bien d'entériner une division majeure au sein du parti dont certains pensent qu'il pourrait sinon mener à l'éclatement du parti, au moins au remplacement de ses leaders dont, évidemment son président M. Poul Nyrup Rasmussen. Il y a quelques jours, une polémique fait rage au sein du mouvement, au départ d'une prise de position de l'ancienne ministre de l'Intérieur, Mme Karen Jespersen, à propos du statut des étrangers au Danemark. Mme Jespersen avait en effet souhaité que la politique de son parti "se concentre sur une limitation du nombre d'étranges au Danemark". Outre que cette prise de position a été reçue favorablement par la leader de l'extrême droite, Pia Kjærsgaard, invitant l'ex-ministre à
rejoindre son parti, elle s'est attiré une réaction virulente de Mme Ritt Bjerregaard, porte-parole du parti en matière des étrangers, poste dont elle vient de démissionner. Mme Ritt Bjerregaard, un des principaux soutiens traditionnels de Poul Nyrup Rasmussen, a notamment remis en cause l'orientation évasive de son président par rapport à la politique d'immigration du parti et l'a rendu largement responsable de la défaite électorale et des problèmes au sein de la social-démocratie danoise. Dans la mesure où plusieurs voix dans le parti, notamment celles de certains maires de la banlieue ouest de Copenhague, se sont exprimées pour soutenir les positions de Mme Jespersen, tandis que d'autres, aussi nombreuses, contestent le manque de clarté du président, le congrès d'Alborg risque bien de devenir une véritable foire d'empoigne. Les commentateurs danois estiment en effet que " la social-démocratie est maintenant divisée au point où même des membres de premier plan ne la considèrent plus gouvernable".

16