l'induction prudente, de la morale " humanitaire " affichée : tout l'art est, semble-t-il, de donner à entendre une conclusion qui semble se déduire naturellement : il faut chasser les étrangers et fermer "nos" frontières, etc…
La rumeur ici consiste à coller ensemble des fragments de données réelles qui n'ont rien à voir entre elles :
- le souvenir de l'effroyable épidémie de grippe espagnole d'après-guerre;
- l'information donnée par le ministère de la Santé d'une centaine de cas de peste régulée à Paris, n'ayant rien à voir avec ni les juifs ni aucun pavillon n° 9 (par contre le n°9 est celui la nomenclature médicale de la peste);
- enfin,une importante immigration de populations juives d'Europe centrale qui ira en s'accentuant au cours des années suivantes.
La mention de la " saleté " est ce qui permet a) de rendre repoussante et donc dangereuse la pauvreté b) de faire circuler la métaphore entre le corps social et le corps organique menacés ensemble par une même cohorte d'adjectifs abominables, par le grouillement de quelque chose de contaminant et mortifère.
La menace de contagion affreuse de sa propre intégrité corporelle et nationale trouve alors son ancrage anthropologique dans la hantise de souillure. Le succès des orateurs fut assuré au Sénat, mais pas dans la société : dix ans plus tard, c'eût été peut-être l'inverse.
Conclusion : il y a dans les votes d'extrême droite du 21 avril cette dimension de peur de la souillure en face du corps étranger. C'est donc le fait d'accorder une dignité "en tant que personnes" à ces "étrangers" immigrés perçus comme menaçants qui est la réponse d'un État démocratique : accorder le droit de vote aux immigrés, régulariser massivement les sans papiers, voilà des mesures qui aident à la construction de la dignité des personnes en jeu et à sa perception collective.


Retrouvez l'ensemble de l'émission
"Les Matins" de France Culture sur la page :
http://www.radiofrance.fr/chaines/France-
culture2/matins/index.php?emission_id=25060143
13