Les chroniques de Véronique.
Bruit de bottes et sale temps (09/09/02). D'habitude, une guerre s'annonce par des faits hideux nouveaux attribués à l'ennemi ainsi constitué. Or en ce qui concerne Saddam Hussein, dictateur et assassin de son propre peuple, les faits hideux ne sont pas nouveaux ( c'est à la fin des années 80 qu'eurent lieu les massacres atroces, avec utilisation de gaz, d'environ 400 000 Kurdes) ? C'est sur dossier, un dossier présenté par le pays qui veut la guerre, que nous devons la décider. Il nous manque quelque chose pour mettre la fleur au fusil.
Une guerre est annoncée : celle des Etats-unis et de ses alliés contre l'Irak, elle fait débat, elle est dénoncée en face, va-t-elle éclater ? Et, en même temps, on apprend qu'un raid anglo- américain en Irak a été effectué dans la première semaine de septembre, plus important que " d'habitude " ! D'habitude ! Les bombardements " habituels "précéderaient-ils la déclaration de guerre " d'habitude "? Cette guerre est-elle à venir ou en cours ? Aurait-elle déjà eu lieu ? Une autre guerre est terminée, celle menée hier en Afghanistan, victoire !, mais pourtant, des bombardements continuent dans les montagnes : une fois
6