Page 171 / 173
Nombre d'entrées : 863

Première page | page précédente | page suivante | Dernière page


17/9/2003
Pour Bertel Haarder, le ministre danois en charge de l'Intégration, l'immigration clandestine par voie de mer est un problème pour l'ensemble des pays de l'Union Européenne, c'est pourquoi ils doivent tous participer à la surveillance des côtes. Un rapport allant dans ce sens a été présenté aux ministres européens de l'Intérieur et de la Justice réunis à Rome.

17/9/2003
Cinq divisions de l'armée chinoise auraient été positionnées, le mois dernier, le long de la frontière nord-coréenne. Ce déploiement aurait pour but de juguler les vagues de réfugiés Nord-coréens qui passent continuellement la frontière chinoise mais aussi de dissuader la Corée du Nord de se doter de l'arme nucléaire.

17/9/2003
Les centres ouverts francophones de la Croix-Rouge se sont mis en grève, hier et aujourd'hui, pour protester contre le licenciement de quatre employés accusés d'avoir fait travailler des demandeurs d'asile du centre "le Merisier" de Fraipont (région liégeoise). Loin d'être interdite, la mise au travail de demandeurs d'asile résidant en centre ouvert est même recommandée par la Fedasil. L'Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile est en effet favorable à ce type d'activités pour autant que celles-ci soient réalisées au bénéfice de la collectivité, non à celui d'une société privée. Ces travaux faiblement rémunérés doivent en outre être exécutés sur une base volontaire. Pour Mieke Candaele, responsable de la communication de la Fedasil, "cela fait partie de l'effort d'intégration des centres dans la vie des communes ».

24/9/2003
Mercredi dernier, le procureur de Liège a retenu la prévention de rébellion en bande avec armes et réclamé une peine de trois mois de prison avec sursis contre neuf membres du Collectif contre les expulsions. Ceux-ci sont poursuivis pour avoir vigoureusement manifesté devant le centre fermé de Vottem (région de Liège) et s'être opposés à l'expulsion d'illégaux en 1998.

24/9/2003
Le procès de trois ex-gendarmes et de deux de leurs supérieurs poursuivis pour la mort de Sémira Adamu, jeune Nigériane décédée en septembre 1998 au cours de son expulsion de Belgique, s'est ouvert cette semaine devant la quarante-sixième chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles. La troisième journée du procès s'est focalisée sur l'audition du capitaine Van Ginniken, membre de la commission qui a opté pour l'utilisation d'un coussin en cas de rébellion des personnes expulsées. Selon le témoin, "il fallait trouver une solution pour empêcher les rapatriés de faire du bruit". (...) "Sinon, il n'y aurait plus eu de rapatriements possibles". Après avoir passé en revue les différentes techniques envisageables (baîllon, sédatifs) et leurs inconvénients, la technique consistant à apposer un coussin sur la bouche de la personne agitée aurait été jugée la plus appropriée. Selon le capitaine Van Ginniken, le coussin ne pouvait être utilisé que sous certaines conditions : il ne pouvait être appliqué que pendant un laps de temps très court, ne pouvait être posé que sur la bouche, pas sur le nez et l'intéressé devait être redressé. Le capitaine a en outre reconnu la dangerosité du procédé. "Nous savions que c'était une technique dangereuse. C'était l'ultime moyen à utiliser. Mais s'il était correctement appliqué, cela ne devait pas poser de problème".